Le séchage peut vous paraître une étape secondaire, détrompez-vous, il a toute son importance et je vous invite à lui apporter beaucoup d’attention, c’est ce que je vais vous partager dans cet article. Vous allez savoir pourquoi il est si important d’étudier son processus, pour enfin prendre de bonnes habitudes et optimiser cette étape.

Pourquoi le séchage est-il si important ?

N’imaginez pas que votre oeuvre soit terminée lorsque vous avez mis la touche finale, une sculpture n’est pas un tableau, elle va continuer de bouger même si vous ne vous la toucher plus, l’eau enfermée dans l’argile va s’évaporer et votre modelage va se rétracter suivant un certain pourcentage, entre 2 et 8%, suivant la terre que vous avez choisie, par exemple une terre chamottée diminue le retrait, mais enlève de la plasticité. Pour rappel la chamotte est de la terre cuite (et non pas du sable) broyée en fines particules, puis réintroduite dans la terre fraîche, cette action permet une micro ventilation et aussi une meilleure tenue en particulier sur les grandes sculptures.

Retenez que plus votre séchage se fera en douceur, moins vous aurez de soucis de fentes et de décollements, vous allez comprendre pourquoi ci-dessous.

 

Comprendre le processus du séchage

La matière que vous avez entre vos mains est vivante, vous ne sculptez pas une quelconque pâte plastique comme de la Fimo, ces matériaux sont stables et complètement artificiels et donc incomparables avec la terre.

L’argile sans cuisson, contient un durcisseur mais elle réagit quasiment comme une matière naturelle, elle a juste tendance à sécher un peu plus vite à cause de la résine qu’elle contient, je vous conseille d’utiliser la marque Durcidur de Solargil qui a une démarche environnementale, en plus, c’est la plus proche de l’argile naturelle aux niveaux sensations pendant le modelage.

Les molécules d’eau qui se trouvent en surface s’évaporent sous forme de gaz, c’est pour cela que c’est d’abord l’extérieur de votre modelage qui sèche en premier, les grains d’argile se rapprochent, mais pas totalement, ce qui rend la terre poreuse

L’évaporation de l’eau se traduit par :

  • L’argile change de couleur, elle s’éclaircit,
  • Moins de plasticité,
  • Une perte de masse, 
  • La terre devient fragile et cassante, 

Afin que tout ce processus se fasse dans les bonnes conditions, votre séchage doit être homogène, c’est-à-dire que toutes les parties doivent se mettre en place tranquillement. Evidemment, celles plus fines vont sécher plus rapidement et être “tirées” par les plus épaisses, d’où la possibilité de fissures. Ce sont ces tensions et déformations qu’il va falloir surveiller et diminuer au maximum. 

Lorsqu’une pièce est trop avancée dans le séchage, vous ne pouvez pas revenir en arrière, car l’eau ne pénètre plus en profondeur et délite seulement la surface. C’est pour cela que les réparations des fissures sont si compliquées, vous pouvez quand même “entrer” en mélangeant votre terre avec du vinaigre blanc qui va ronger la matière et permettre à la barbotine de tenir. (Pour information, la barbotine est la colle de la terre, c’est simplement de l’argile mélangée avec de l’eau pour obtenir une consistance de crème).

En argile à cuire, on peut presque dire que le séchage est le petit frère de la cuisson, tout ce qui se passe à ce moment-là va être amplifié dans le four.

C’est pourquoi le séchage est important, il vous donne des indications pour la suite, observez comment se comporte votre modelage, et anticipez en protégeant les endroits susceptibles de sécher en premier. 

En argile sans cuisson, vous devez adopter la même vigilance, même si votre sculpture ne passe pas l’épreuve du four, car là aussi il peut y avoir des tensions, si les différences entre les parties sont vraiment trop importantes.

Vous devez comprendre que le séchage commence à partir du moment où vous ouvrez votre pain de terre, ensuite vos mains et l’air ambiant de la pièce vont y participer continuellement, même si vous humidifiez régulièrement votre sculpture, le cœur commence à durcir, c’est d’ailleurs ce qui vous permet de continuer votre modelage, si votre terre restait molle ce ne serait pas possible.

Combien de temps dure un séchage ?

Cela va dépendre de nombreux paramètres ;

  • la taille de la sculpture,
  • sa forme, une sculpture massive mettra plus de temps à sécher qu’une sculpture aérienne
  • de la température,
  • de l’humidité de l’air ambiant,
  • de la ventilation,

en tenant compte de tous ces paramètres, pour une sculpture de taille moyenne, comptez une bonne quinzaine de jours pour être sûr que le séchage soit optimum, il vaut mieux patienter que d’avoir des déconvenues par la suite. 

Mes 7 conseils pour un séchage réussi

 Imprimez-les et affichez-les s’il le faut,

  • Retenez que la terre doit prendre tout son temps pour trouver sa place.

  • Pendant le modelage, pensez à la façon dont votre oeuvre va sécher en prenant en compte les informations données ci-dessus. 

  • Vérifiez toujours qu’elle sèche uniformément dans une pièce non ventilée.

  • Si nécessaire, changez la position de votre sculpture pendant le séchage.

  • Faites sécher vos sculptures d’abord sous plastique pendant les premiers jours.

  • Protégez les parties les plus fines avec un film alimentaire car elles vont sécher en premier.

  •  Ne jamais laisser un support (bois ou métal) pendant le séchage, vous savez maintenant que l’argile bouge en séchant, alors que ces matières sont fixes.

Pour conclure, ne prenez pas le séchage à la légère, vous l’avez compris, les fissures n’arrivent pas par hasard, mais parce que des règles de base n’ont pas été respectées, si vous mettez en place mes 7 conseils, vous augmentez vos chances de réussir vos séchages et donc vos sculptures.