Si vous n’avez pas la possibilité de cuire vos sculptures, l’argile sans cuisson est une excellente alternative, l’artiste Mylène Laborne a choisi d’exprimer son art uniquement avec ce médium et elle est devenue experte en la matière.

En apparence cette terre ressemble à de l’argile naturelle, mais à cause du durcisseur qui remplace l’action de la cuisson, elle demande un peu plus d’attention pour éviter les mauvaises surprises au séchage, c’est ce que Mylène nous partage dans cet article.

Après une formation de décoratrice, elle découvre le plaisir de mettre les mains dans la terre et cette expérience est devenue une passion pour la sculpture, aujourd’hui elle en a fait son métier.

 Pourquoi avoir choisi l’argile sans cuisson pour exprimer votre art ?

Au départ, c’était plutôt une contrainte technique, car j’habitais à deux endroits différents, le problème de la cuisson dans ces conditions m’a obligé à m’orienter vers l’argile autodurcissante, finalement cela a été une vraie révélation et depuis je n’utilise plus que cette terre que je trouve facile et magique.

J’aime sa souplesse qui ne fatigue pas les doigts lorsque je travaille pendant 8 heures d’affilée, son temps de séchage très court me permet d’avancer vite, en particulier sur des grandes pièces, puisque je ne suis pas contrainte de les vider.

J’ai une préférence pour Durcidur de la marque Solargil qui se rapproche le plus de la terre naturelle.

Vous pouvez vous procurer cette argile en cliquant sur l’image ci-dessous

On dit que c’est une argile difficile à modeler par rapport à la terre naturelle, est-ce vrai ?

Cette argile à tendance à sécher plus vite, il suffit de transformer cette contrainte en atout, cela correspond bien à mon tempérament impatient et me permet de répondre à ma créativité incessante.

C’est une terre qui demande de la rapidité, pas question de rester des semaines sur un modelage comme pour l’argile à cuire. Je me concentre pendant trois jours sur l’essentiel et je termine les détails le quatrième jour. Ensuite je peux encore finaliser ma sculpture avec de la barbotine et continuez mes finitions pendant environ une semaine. Il faut accepter de sculpter sur un temps court et dense.

Avez-vous mis au point des techniques personnelles au fil de vos expériences ?

Je continue d’expérimenter et de trouver des solutions aux défis que je me lance, à chaque sculpture, j’exploite encore des possibilités avec cette terre si délicate.

Il n’y a pas vraiment de mystère pour garder l’argile souple il faut l’humidifier, que ce soit avec l’argile à cuire ou l’argile sans cuisson. Je mouille régulièrement avec un vaporisateur, mais au bout du troisième jour le centre commence à durcir, c’est pour cela qu’il faut modeler rapidement.

Mes techniques personnelles sont surtout dans les supports pour le montage de la sculpture, car cette terre ne supporte ni plastique ni métal ou bois à l’intérieur, sinon grosse fissure assurée. Si vous mettez une armature à l’intérieur, il faut impérativement l’enlever le jour 2 ou 3. Mon mari me fabrique des potences sur mesure avec de multiples tiges réglables dans tous les sens pour soutenir un bras une jambe…

J’aide aussi la terre à se rétracter à des endroits précis en coupant au cutteur pour dégager une jambe d’un drapé afin qu’elle ne fissure pas, quitte à refermer le drapé une fois mi-sec. 

En fait je joue avec les rétractations de la terre pendant la semaine de séchage….Tous les jours je fais une petite retouche ou une incision par-ci par-là, je la surveille. 

Pour les pièces que j’associe à d’autres matériaux, mes techniques sont encore au stade d’essais et mes projets de trouver un ou une sculptrice sur métal n’ont pas encore abouti. 

Heureusement j’ai déjà trouvé ma partenaire souffleur de verre à la flamme qui me fait des ailes, cornes et embouts de sceptre selon les photos de mes sculptures en cours, nous faisons tout à distance (car son atelier est dans le 78) par mail et photos je lui fais confiance et c’est toujours un bonheur de recevoir son colis postal. 

Nous avons mis au point une technique pour que les ailes soient amovibles pour le transport et les ventes à l’international, et le fil métal des ailes est pile a la dimension de la tige de laiton incorporée à l’intérieur de mes sculptures et tout est emballé séparément. 

 

Qu’est-ce qui vous plaît dans le modelage de cette argile ?

Sa douceur sous les doigts cette matière vivante, souple, fragile ou dense et solide selon son taux d’humidité, j’ai souvent l’impression que la terre me suis dans mes envies et parfois me guide dans mes créations.

Si vous arrivez sur ce blog pour la première fois, vous serez peut-être intéressés par mon livre « Réussir ma première sculpture facilement » dans lequel je vous donne toutes les bases pour réaliser et réussir vos modelages dans la terre. Pour le télécharger gratuitement cliquez ici.

Votre univers artistique est vraiment unique qu’est-ce qui vous inspire ?

Ce qui m’inspire au départ c’est la beauté des corps d’hommes et femmes, je les sculpte comme je les aime donc toujours très minces et sensuels et je suis très attirée par les elfes, les fées les animaux inventés, j’en rêve toutes les nuits.

Partez-vous d’une esquisse, en sachant où vous allez ? Ou seulement de votre pain de terre de façon intuitive ?

Généralement je rêve la nuit de ma création pendant une semaine je la visualise et la peaufine dans les moindres détails et ensuite elle est ancrée dans mon cerveau et mes mains glissent naturellement dans l’argile, l’oeuvre prend forme rapidement comme une évidence.

Qu’est-ce qui déclenche la naissance d’une sculpture ?

Mes rêves pendant des insomnies je dors très peu et je crée toutes les nuits j’ai toujours des dizaines de projets d’avance dans mon cerveau, ce qui me manque c’est le temps, je voudrais avoir des journées de 48 heures.

Avez-vous un message à faire passer à travers votre art ?

Oui les elfes et fées existent, ils me rendent visite toutes les nuits… Et je leur donne vie au petit matin.

Quels sont vos rêves les plus fous ?

Mes rêves sont toujours doux et poétiques et j’aime tellement partager cette douce folie créative qui m’habite en permanence. Quand je travaille avec mes élèves je me donne à fond je rentre dans leur monde, j’adhère naturellement à leur projet comme si c’était le mien, ce qui nous vaut des moments de fous rires….

Les avantages et contraintes de cette argile :

– c’est une argile souple qui ne fatigue pas les doigts,

– son temps de séchage très court permet d’avancer vite,

– pas de contrainte de vidage,

– il faut humidifier plus régulièrement que l’argile à cuire,

– le modelage doit être rapide, sur quelques jours seulement,

– ne jamais mettre d’armatures à l’intérieur, sinon risque de fissures assuré,

– aider la terre à prendre sa place en l’aidant avec des supports,

surveiller le séchage attentivement,

– n’hésitez pas à soulager les tensions en coupant une partie qui semble se fissurer,

– comme cette argile à très peu de taux de rétractation, vous pouvez l’associer avec d’autres matériaux, comme le fais Mylène, du verre, du bois, du métal…c’est une belle source de créativité,

Vous aimez cette terre ? n’hésitez pas à donner votre avis en commentaire.

Vous pouvez contacter Mylène Laborne sur son site internet www.mylenelasculptrice.fr 

elle organise également de nombreux stages tout au long de l’année

contactez-là au 06 84 56 36 74 pour connaître les dates et tarifs.

recherche utilisée pour trouver cet articlehttps://mainsdanslaterre com/st-john-sblefpa/production-écrite-comment-planter-un-arbre-f22afb